» » » L'ancêtre du soutien-gorge
Histoire de la lingerie

L'HISTOIRE DE LA LINGERIE


L'ancêtre du soutien gorge


L'ancêtre du soutien gorge daterait de l'époque romaine !!!

 

Des céramiques montrent des gymnastes féminines portant le "strophium", sorte d'écharpe enroulée autour des seins. De même, en 1805, une bande de toile élastique croisée sur le devant et s'attachant autour du cou maintenait la poitrine sous les robes en mousseline taille haute... C'est en 1913 que le soutien gorge tel qu'on le connait aujourd'hui fait son apparition. L’invention géniale de bretelles réglables, dû à une couturière new-yorkaise, permet de soutenir la poitrine par le haut.
 

Du mouchoir... aux bonnets!


C'est une jeune Américaine, Mary Phelps Jacob, qui eut l'idée, en 1913, de fabriquer un soutien gorge à l'aide de mouchoirs et d'épingles de sêreté? Déposant un brevet l'année suivante, elle tente de le commercialiser. En vain, elle décide de céder le brevet à une importante entreprise américaine qui met au point, en 1931, un tissu chaîne et trame, élastique dans les deux sens, qui servira à la confection des premiers modèles. C'est beau la technique
 

La bretelle élastique : une petite révolution


1960 : pour des millions de femmes, la vie quotidienne devient plus simple et plus pratique. En effet, une amélioration leur simplifie l'existence : des bretelles élastiques réglables sont enfin adaptées sur les soutiens-gorge. Jusque là, pour éviter que les bretelles ne tombent sur le bras, on les maintenaient en place avec une petite bande de tissu et un bouton pression cousu à l'intérieur du vêtement.

Le caraco... au top !!!


Le caraco était à l'origine un vêtement à bretelles. Au 19ième siècle, ce vêtement modeste, brodé et plissé sur le devant, s'arrêtant à la taille, était porté par les femmes dans le but unique de cacher publiquement leur corset et de leur tenir plus chaud. Ce n'est qu'à la fin du 20 ème siècle que le caraco devient un vêtement à part entière : confortable, délicat, glamour, ... il peut désormais se porter dessous ou dessus!

La nuisette


C'est une américaine, Nancy Mecher, qui créa ce vêtement féminin en nylon dans les années 50. Elle devint l'emblème des pin up du cinéma américain, qui, puritanisme oblige, ne pouvaient dévoiler trop ouvertement leur charme. La nuisette est alors devenue un excellent compromis entre la sensualité et la décence. Depuis, déclinée dans de nombreuses matières et formes, elle est aujourd'hui un best seller du vêtement de nuit... merci Hollywood!

Un corset... qui tient la route !!!

 

Les années 30 sont extraordinaires pour la corseterie. Matériaux, constructions, tout change. Mais ces avancées technologiques ne seront utilisées qu'après la seconde guerre mondiale. En fait, la première apparition du caoutchouc dans la corseterie date de 1911. On fabrique des "corsets de sport", sur lesquels était cousue une bande de caoutchouc. Ces pièces de caoutchouc étaient fournies par la société Dunlop, plus connue aujourd'hui comme... fabriquant de pneus!

Les porte-jarretelles


Le succès de la jarretelle coïncide avec l'invention en 1878 du porte-jarretelles. Cet accessoire de lingerie féminine s'impose rapidement aussi bien aux Etats-Unis qu'en Europe. Son emploi se généralise après la Seconde Guerre Mondiale avec la disparition progressive du corset. Toutefois, il disparaîtra dans les années 70 avec le triomphe du collant. Cependant depuis le début des années 80, le porte-jarretelles est de retour dans la lingerie féminine. Il est synonyme de raffinement et d'érotisme extrême.

L'arrivée du string en France

C'est en 1975 que le string fit sa première apparition dans une collection de lingerie française. Vite menacé par les féministes, il trouva refuge dans le monde de la nuit. Les années passèrent, les maris flirtèrent...tant et si bien que ce petit symbole dut absolument être récupéré. La mode s'en chargea. Après la guêpière, exhibée dans les années 50, le string devint l'accessoire qui dans les années 80, consacra le retour de la lingerie. Il s'agissait désormais de plaire, parce que la femme libre et moderne voulait assumer son corps.